Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA

Publié le par FC Sélestat

Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA

Le collège Beatus-Rhenanus, à Sélestat, accueille cette année 21 élèves appartenant à la section sportive football qui s’est ouverte à la rentrée. Tout est mis en œuvre pour que les enfants vivent leur passion sans délaisser leurs études.

Les 21 “footeux” se mettent en route, à pied, pour rejoindre le terrain synthétique du stade municipal, sur lequel ils s’entraînent deux fois par semaine, le mardi de 8 h à 10 h et le jeudi de 15 h 30 à 17 h 30. Lucie, 10 ans, une des deux filles de la section, en profite pour engloutir un pain au chocolat. « C’est une exception. D’habitude, je goûte après l’entraînement, mais là, je n’ai pas beaucoup mangé à midi. » Un quart d’heure après leur départ du collège, les enfants arrivent au stade municipal. Yves Lledo les attend déjà. Responsable d’internat au collège de Matzenheim, Yves Lledo est aussi le responsable technique de la section. Il s’occupe également de la catégorie U 13 (moins de 13 ans) du Racing Club de Strasbourg.Quels héritages a laissé la Mésopotamie ? » Les yeux rivés sur le tableau noir, les 27 élèves de la classe de 6e 1 du collège Beatus-Rhenanus recopient le titre de la leçon d’histoire-géographie. « J’ai l’impression que c’est une bonne classe », sourit leur professeur Béatrice Thiriet. La cloche retentit, annonçant la fin du cours. Il est 15 h 20. Pour la moitié de la classe, c’est également la fin de la journée. Les treize autres, munis d’un gros sac de sport, ont rendez-vous dans la cour, pour y retrouver les huit élèves de 5e 1 qui, comme eux, font partie de la nouvelle section sportive football, ouverte depuis la rentrée. Leur professeur d’EPS, Stéphane Urrutry, coordinateur de la section, les y attend également.

Chaque élève vient le saluer avant de partir se changer dans le vestiaire. « La poignée de main, c’est la première règle. Le respect, ça fait partie des valeurs du foot », explique Yves Lledo. Les élèves de la section savent que sur ce plan, ils doivent être irréprochables, sous peine de sanction.

« Nous avons mis en place un système de cartons, comme au football », indique Delphine Bourcet, principale du collège Beatus-Rhenanus. Un carton jaune s’accompagne d’un mot aux parents, un carton rouge oblige l’élève à rester en étude pendant l’entraînement. Une accumulation de cartons peut également conduire la direction du collège à retirer l’enfant de la section.

Il est environ 16 h lorsque l’entraînement débute. Les élèves, qui évoluent au FC Sélestat, à Châtenois, Muttersholtz, Erstein, Colmar ou Sainte-Croix-aux-Mines, arborent les maillots des plus grands clubs européens : Barcelone, Bayern de Munich, PSG… qu’ils rêvent un jour de rejoindre. Lucas, de Muttersholtz, est un fan de Franck Ribéry. Lorsqu’il a souhaité intégrer la section sportive, ses parents l’ont encouragé. « Depuis, il est plus calme, constate Françoise, sa maman. Mais ça ne l’empêche pas de jouer au ballon dans le quartier avec les copains quand il rentre à la maison. »

Ces gamins sont des passionnés. Et si Yves Lledo estime qu’il s’agit encore d’enfants et qu’il « faut les laisser rêver », l’éducateur leur dit aussi qu’il n’y a « pas que le foot dans la vie ». « Ici, on est d’abord à l’école, insiste Delphine Bourcet. On n’est pas dans la logique “paillette”. » Le marché est clair : si ses résultats scolaires ne suivent pas, l’élève est susceptible de quitter la section. « On a d’ailleurs recruté certains élèves dont les résultats étaient moyens en se disant que le foot allait les tirer vers le haut », précise la principale.

Sur le gazon synthétique, les élèves effectuent les exercices demandés par les entraîneurs : conduite de balle, jonglage. « Combien tu en as fait ? 80 ? Allez, c’est le record à battre », lance Yves Lledo. « Il est important de toujours leur fixer un objectif à atteindre », confie l’éducateur. Stéphane Urrutry, ancien joueur de niveau DH, prend en charge les exercices d’étirement. « Là, c’est le prof de sport qui gère », sourit Yves Lledo. Les deux hommes misent sur la complémentarité.

À quelques mètres de là, un jeune se plaint du mollet. « Si on ressent des douleurs, on n’insiste pas », lance Stéphane Urrutry. Le bien-être physique des élèves de la section sportive est au centre de toutes les attentions. « Les jours où ils s’entraînent, ils n’ont pas EPS », précise Delphine Bourcet, qui parle pour ces enfants de « rythmes de vie incroyables ». Entre les heures d’EPS au collège, les entraînements à la section sportive, les entraînements et les matches dans leurs clubs respectifs, ces gamins font jusqu’à quatorze heures de sport par semaine. « On est attentif aux signes de fatigue, poursuit la principale. Et nous avons également rendu les parents attentifs à ces signes. » En plus des examens médicaux nécessaires pour intégrer la section, chaque élève passera une visite médicale en milieu d’année scolaire.

Si une attention particulière se porte sur les élèves de la section sportive, Delphine Bourcet ne souhaite pas « qu’il n’y en ait que pour eux ». Les élèves de 6e 1 et 5e 1 qui ne font pas partie de la section sportive pourraient prendre ombrage de l’exposition de leurs camarades. Ce jeune homme, en 6e 1, préfère voir le côté positif. « Ça nous permet de rencontrer des élèves qui ne sont pas forcément de Sélestat. » La principale se montre là aussi attentive : par exemple, les classes avec des élèves faisant partie de la section sportive ne font pas de football en EPS. Pour l’instant, tout se passe bien. L’ouverture de la section sportive semble même davantage perçue comme une fierté. « Je n’ai jamais vu autant d’élèves porter le survêtement du FC Sélestat que depuis la rentrée. » Comme si un code secret marqué du sceau du football rapprochait ces enfants, qu’ils soient ou non membres de la section.
par Florent Estivals, publiée le 25/09/2013 à 05:00

Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA
Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA
Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA
Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA
Sélestat Section sportive football au collège Beatus-Rhenanus Une école bien “footue” Extrait DNA

Commenter cet article